Méfiez-vous des règles empiriques de la retraite

Méfiez-vous des règles empiriques de la retraite

Une règle empirique est une norme imprécise mais pratique à utiliser. Avec les règles empiriques de la retraite, je les considère comme des moyennes qui peuvent s’appliquer si vous regroupez l’ensemble de la population mais qui peuvent ne pas s’appliquer du tout à votre situation spécifique. 

Les règles empiriques de retraite peuvent être utiles si vous n’avez aucune idée du montant à épargner, du montant que vous pouvez retirer, de la vitesse à laquelle votre argent peut fructifier ou de la façon de répartir vos investissements. Cependant, ils ne doivent pas être utilisés comme une règle absolue qui s’applique à vous avec certitude. Certaines réponses ne viennent qu’en examinant vos projections financières spécifiques et en déterminant ce qui s’applique et ne s’applique pas à vous. Utilisez les « règles » ci-dessous uniquement comme directives générales.

La « règle de retrait des 4 % »

Si vous n’êtes pas certain du revenu que votre épargne et vos investissements pourraient vous rapporter, la règle des 4 % vous donne un point de départ. Il dit que pour chaque tranche de 100 000 $ d’épargne que vous avez, vous pouvez retirer environ 4 000 $ par an et vous attendre à ce que votre argent dure 30 ans à la retraite. Ce n’est pas un résultat certain. Selon les placements que vous choisissez et l’économie pendant vos années de retraite, vous pourrez peut-être retirer plus ou moins.

La « règle d’attribution d’âge de 100 moins »

Si vous n’êtes pas sûr de la part de votre épargne et de vos investissements dans des actions ou des obligations, la règle de 100 ans moins vous donne une ligne directrice à suivre. Il dit que vous devriez prendre 100 moins votre âge, et c’est ce que vous auriez en stock. Cela signifie qu’en vieillissant, vous auriez de moins en moins de stocks. Des recherches récentes ont montré que ce n’est peut-être pas la meilleure approche à utiliser pendant vos années de retraite. 

La règle “Vous aurez besoin de 80% de votre revenu”

Lorsqu’ils essaient de déterminer le montant dont vous pourriez avoir besoin pour votre retraite, de nombreuses personnes utilisent ce qu’on appelle la « règle des 80 % ». Il dit qu’à la retraite, vous aurez besoin d’environ 80 % du revenu que vous aviez en travaillant. Je n’aime vraiment pas cette règle. Le mode de vie, les habitudes de dépenses et d’épargne actuelles et la tranche d’imposition de chaque personne sont différents. Vous devez établir votre propre estimation personnelle du montant dont vous aurez besoin à la retraite.

La “règle des 72”

Vous êtes-vous déjà demandé combien de temps il vous faudrait pour doubler votre argent ? La règle de 72 vous donne un moyen rapide et facile d’estimer cela en fonction du taux de rendement que vous espérez gagner. Le défi avec cette règle est que vous ne pouvez pas savoir avec précision quel taux de rendement vous pourriez gagner à l’avenir. Si vous voulez doubler votre argent plus rapidement, la meilleure chose à faire est d’économiser davantage.

La règle « Économisez 10 % de votre revenu »

Si vous n’avez aucune idée du montant à épargner pour la retraite, il est bien sûr préférable d’économiser 10 % de votre revenu que de ne rien épargner du tout. À cet égard, la règle des 10 % est utile comme point de départ. Cependant, je trouve que cette règle ne s’applique pas également aux gens. Certains ont déjà économisé suffisamment ou ont hérité de l’argent et ils n’ont plus du tout besoin d’épargner. D’autres sont de grands dépensiers et devront épargner bien plus de 10 % de leur revenu pour pouvoir maintenir leur style de vie à la retraite. 

Verdict : Construire un plan personnel

Il n’y a pas de règle empirique qui puisse remplacer un régime de retraite personnel. Vous ne prenez votre retraite qu’une seule fois et ce n’est pas le moment de faire des erreurs. La plupart des futurs retraités trouveront avantageux de faire appel à un planificateur de retraite qualifié qui peut vous aider à déterminer quelles règles s’appliquent et ne s’appliquent pas à vous.

Qu’est-ce qu’un prêt à taux fixe et quand devriez-vous en utiliser un?

Qu'est-ce qu'un prêt à taux fixe et quand devriez-vous en utiliser un?

Un prêt à taux fixe a un taux d’intérêt qui ne change pas pendant toute la durée du prêt. Étant donné que le taux reste le même pendant toute la durée, le paiement mensuel du prêt ne devrait pas changer, ce qui se traduit par un prêt à risque relativement faible.

Lorsque vous comparez les options de prêt, notez si les prêts comportent ou non des taux fixes. Apprenez comment ces prêts fonctionnent afin de pouvoir choisir le bon prêt pour vos besoins.

Qu’est-ce qu’un taux d’intérêt fixe?

Un taux d’intérêt fixe est un taux qui ne changera pas pendant toute la durée d’un prêt. Par exemple, une hypothèque à taux fixe de 30 ans conserve le même taux d’intérêt pendant toute la période de 30 ans. Le calcul de votre paiement mensuel de prêt est basé sur le taux d’intérêt, de sorte que le verrouillage du taux entraîne le même paiement de capital et d’intérêts chaque mois.

D’une manière générale, les prêts se présentent sous deux formes: fixe et variable. Les prêts à taux variable ont un taux d’intérêt qui peut évoluer dans le temps même si le taux peut être fixe pendant plusieurs années au début de votre prêt. Ces taux sont structurés sur la base d’un taux international appelé LIBOR plus un spread.

Lorsque les conditions sur les marchés mondiaux changent, le LIBOR peut augmenter ou diminuer et accompagner ces taux variables. Si les taux augmentent, votre paiement mensuel sur un prêt à taux variable peut également augmenter, parfois considérablement.

Important: Bien que votre remboursement de prêt ne devrait pas changer avec un prêt à taux fixe, votre obligation mensuelle pourrait changer avec le temps. Par exemple, si vous incluez les impôts fonciers et les primes d’assurance dans votre versement hypothécaire, ces montants peuvent varier d’une année à l’autre.

Comment fonctionne un prêt à taux fixe?

Avec un prêt à taux fixe, votre prêteur fixe le taux d’intérêt lors de l’octroi de votre prêt. Ce taux dépend de choses comme vos antécédents de crédit, vos finances et les détails de votre prêt. Lorsque le taux est fixe, il reste le même tout au long de la durée de vie de votre prêt, quelle que soit l’évolution des taux d’intérêt dans l’économie en général.

Votre paiement mensuel requis dépend, en partie, de votre taux d’intérêt. Un taux plus élevé entraîne un paiement mensuel plus élevé, toutes choses égales par ailleurs. Par exemple, sur un prêt de quatre ans de 20 000 $, votre paiement mensuel est de 507,25 $ avec un taux d’intérêt de 10%. Mais avec un taux de 15%, le paiement grimpe à 556,61 $ par mois.

Les remboursements de prêts à taux fixe réduisent le solde de votre prêt et stabilisent vos frais d’intérêt avec un paiement forfaitaire qui dure un certain nombre d’années. Avec un prêt hypothécaire de 30 ans ou un prêt auto de quatre ans, un prêt à taux fixe ramènerait le solde de votre prêt à zéro à la fin de la durée du prêt.

Avantages et inconvénients des prêts à taux fixe

Les prêts à taux fixe sont généralement plus sûrs que les prêts à taux variable, mais vous payez un prix pour la stabilité que ces prêts procurent. En fin de compte, vous devez décider avec quoi vous êtes à l’aise et ce que vous pensez que les taux d’intérêt pourraient faire à l’avenir.

Avantages

  • Paiement mensuel prévisible pendant toute la durée de votre prêt
  • Sachez exactement combien d’intérêts vous paierez
  • Aucun risque de «choc des paiements» à la suite de la hausse des taux d’intérêt

Les inconvénients

  • Généralement un taux de départ plus élevé que les prêts à taux variable
  • Si les taux baissent, vous devez refinancer ou vivre avec votre taux plus élevé
  • Peut ne pas bien se comparer pour les besoins à court terme

Si vous avez du mal à choisir, vous pourriez bénéficier d’un hybride de prêts à taux fixe et à taux variable. Par exemple, un prêt hypothécaire à taux variable (ARM) de cinq ans a un taux fixe relativement bas pendant les cinq premières années, mais le taux peut changer les années suivantes. Si vous ne prévoyez pas de conserver votre prêt pendant de nombreuses années, il pourrait être judicieux d’obtenir un taux fixe pour une durée limitée. Préparez-vous simplement à des changements dans votre vie – vous pourriez conserver le prêt plus longtemps que prévu.

Types de prêts à taux fixe

De nombreux prêts offrent un taux d’intérêt fixe. Ceux-ci inclus:

  • Prêts à l’achat d’un logement: les prêts au logement standard, y compris les prêts hypothécaires traditionnels de 30 et 15 ans, sont des prêts à taux fixe.
  • Prêts sur valeur domiciliaire: Un prêt hypothécaire forfaitaire a généralement un taux d’intérêt fixe. Les marges de crédit hypothécaire (HELOC) ont souvent des taux variables, mais il peut être possible de convertir le solde de votre prêt en un taux fixe.
  • Prêts automobiles : la plupart des prêts automobiles ont un taux d’intérêt fixe.
  • Prêts étudiants : Les prêts étudiants fédéraux émis après le 30 juin 2006 ont des taux fixes. Les prêts étudiants privés peuvent avoir des taux d’intérêt fixes ou variables.1
  • Prêts personnels : Les prêts personnels à tempérament peuvent avoir des taux fixes ou variables. Cela dit, certains des prêteurs de prêts personnels les plus populaires proposent des prêts à taux d’intérêt fixes.

Points clés à retenir

  • Les prêts à taux fixe utilisent un taux d’intérêt qui ne change pas avec le temps.
  • Parce que le taux est fixe, votre mensualité ne devrait pas changer.
  • Un taux fixe peut éliminer le risque de choc de paiement dû à la hausse des taux.
  • Les prêts à taux fixe ont généralement un taux d’intérêt légèrement supérieur au taux initial d’un prêt à taux variable.
  • Si les taux d’intérêt baissent, les prêts à taux fixe peuvent être moins intéressants que les prêts à taux variable.

Les avantages et les inconvénients des polices d’assurance-vie entière

Les avantages et les inconvénients des polices d'assurance-vie entière
Close up of Life Insurance Policy avec stylo, calculatrice

Comme toutes les formes d’assurance, l’assurance vie permet de se prémunir contre les pertes catastrophiques. Lorsqu’un assuré décède, ses bénéficiaires reçoivent un paiement important pour alléger les charges financières qui peuvent survenir après le décès.

Bien qu’il existe plusieurs types d’assurance vie, nous nous concentrerons sur l’assurance vie entière, y compris ce qu’elle est et ses avantages et inconvénients, afin que vous puissiez décider si l’assurance vie entière vous convient.

Qu’est-ce que l’assurance vie entière?

L’assurance vie entière offre un montant fixe de couverture qui peut durer aussi longtemps que la personne assurée est en vie. Contrairement aux polices à terme qui se terminent après un certain nombre d’années, les polices d’assurance vie entière peuvent continuer à offrir une couverture tant que vous continuez à payer les frais d’assurance.

Lorsque vous versez des primes dans une police, la compagnie d’assurance déduit les coûts de fourniture d’une assurance-vie et ajoute l’argent supplémentaire à votre valeur de rachat. Au fil du temps, cette valeur de rachat peut s’accumuler dans votre police et servir de réservoir pour financer les coûts futurs. La valeur de rachat augmente généralement avec report d’impôt, et vous pouvez potentiellement y accéder en empruntant sur votre police ou en effectuant des retraits. Cependant, les polices ont généralement une période de rachat pouvant durer jusqu’à 20 ans, période pendant laquelle des frais seront facturés sur les retraits de la valeur de rachat.

Important: Si vous utilisez trop de votre valeur de rachat, vous pourriez devoir des impôts et vous pourriez perdre la couverture si votre police expire. Tout prêt impayé réduit généralement la prestation de décès.

Les primes d’une police d’assurance-vie entière sont souvent uniformes, ce qui signifie qu’elles ne changent pas d’une année à l’autre, à moins que vous ne choisissiez certaines options. Et selon le type d’assurance vie entière que vous choisissez, vous pourriez payer des primes pour un certain nombre d’années ou pour toute votre vie. 

L’assurance vie entière est-elle un bon investissement?

Comme pour toute stratégie d’investissement, cela dépend de vos besoins et de votre situation. Les primes d’assurance vie entière sont plus élevées que les primes que vous paieriez pour la même prestation de décès sur une police temporaire. Donc, si vous avez principalement besoin d’une assurance-vie pour protéger vos proches pendant une durée déterminée, l’assurance-vie temporaire est généralement votre meilleur choix. Par exemple, vous n’aurez peut-être besoin que d’une couverture qui dure jusqu’à ce que vos enfants soient grands ou que votre prêt hypothécaire soit remboursé.

Les primes d’assurance vie entière sont relativement élevées car, contrairement à une police temporaire, ce type de police est conçu pour payer les frais d’assurance pour toute votre vie (c’est pourquoi les polices permanentes ont une composante de valeur de rachat). Pour la plupart des gens qui travaillent avec des fonds limités, il est judicieux de diriger ces dollars «supplémentaires» ailleurs. Par exemple, pour le même montant qu’une prime d’assurance vie entière, vous pouvez souscrire une police temporaire et également épargner pour le financement des études, rembourser des dettes ou contribuer à des comptes de retraite.

L’assurance vie entière est la plus logique lorsque vous savez que vous avez besoin d’une couverture permanente – si vous voulez vous assurer que les bénéficiaires reçoivent une prestation de décès, quelle que soit la durée de votre vie ou celle de la personne assurée. Par exemple, vous voudrez peut-être une injection de fonds pour aider à payer les droits de succession ou pour fournir des liquidités au décès. Avec une couverture d’assurance appropriée, les bénéficiaires peuvent ne pas avoir besoin de vendre des actifs (peut-être rapidement ou à un moment inopportun) après le décès d’une personne assurée.

Remarque: en tant que stratégie d’investissement, la vie entière a rarement un sens. Mais si vous avez un besoin d’assurance, que vous avez épuisé toutes les autres stratégies d’épargne fiscalement avantageuses, que vous ne recherchez pas des rendements élevés et que vous êtes prêt à accepter les restrictions d’une police d’assurance-vie, cela peut vous convenir.

Avantages et inconvénients de l’assurance vie entière

Avantages

  • Couverture potentielle à vie : contrairement à l’assurance temporaire, tant que des primes suffisantes sont payées, la vie entière est conçue pour fournir une couverture à vie.
  • Prestation de décès libre d’impôt : Les bénéficiaires ne paient généralement pas d’impôt sur la prestation de décès d’une police d’assurance-vie, ce qui leur permet d’utiliser tous les fonds pour répondre à leurs besoins.
  • Avantages potentiels des dividendes : si votre police verse des dividendes, cet argent peut potentiellement réduire vos primes requises, augmenter votre prestation de décès ou être payé en espèces pour dépenser comme vous le souhaitez.1
  • Accès à la valeur de rachat : Si vous avez besoin d’accéder à la valeur de rachat de votre police, vous pourrez peut-être exploiter ces fonds via un retrait ou un prêt. Mais des frais de rachat peuvent s’appliquer, en particulier pendant les premières années de la souscription d’une police. Discutez des avantages et des inconvénients avec votre compagnie d’assurance avant de le faire.

Les inconvénients

  • Primes relativement élevées : comme vous financez une valeur de rachat qui paiera le coût de votre police pour le reste de votre vie, vous devez payer des primes relativement élevées dans les premières années (par rapport au coût d’une couverture temporaire avec une assurance temporaire). Si vous n’êtes pas en mesure de payer les primes et que vous n’avez pas suffisamment de valeur monétaire pour payer les coûts internes, vous risquez de perdre la couverture.
  • Vous ne pouvez pas suspendre le paiement des primes : les primes d’assurance-vie entière doivent généralement être payées de manière cohérente; si vous ne pouvez pas effectuer les paiements de prime requis, la police pourrait devenir caduque. Cela contraste avec les polices d’assurance vie universelle qui sont conçues pour offrir une plus grande flexibilité et tireront parti de la valeur de rachat pour couvrir les primes requises.
  • L’utilisation de la valeur de rachat peut réduire la couverture : Bien que votre valeur de rachat soit disponible pour les prêts et les retraits, il existe un certain risque lorsque vous accédez à ces fonds. Par exemple, tout solde de prêt impayé réduit la prestation de décès que vos bénéficiaires reçoivent. Et si vous retirez une trop grande partie de votre valeur de rachat, votre police pourrait devenir caduque, ce qui entraînerait une perte de couverture et des conséquences fiscales potentielles.
  • Restrictions d’accès aux fonds : votre valeur monétaire peut ne pas être facilement accessible. Surtout au cours des premières années, vous devrez peut-être payer des frais de rachat si vous décidez d’encaisser ou de retirer de votre police.

L’assurance vie entière vous convient-elle?

Les décisions en matière d’assurance nécessitent une analyse minutieuse de vos besoins et de votre budget. Les conseils ci-dessous peuvent vous donner matière à réflexion lorsque vous évaluez les politiques de la vie entière.

Avez-vous besoin d’une assurance permanente?

Le besoin d’une couverture à vie est un indice que vous voudrez peut-être une police d’assurance vie entière. Cela pourrait être le cas si vous voulez une couverture pour les dépenses finales, peu importe la date de votre décès, ou si vous avez des personnes à charge ayant des besoins spéciaux. Les polices d’assurance temporaire se terminent après un certain nombre d’années et il n’y a aucun moyen de prédire exactement combien de temps vous vivrez. Mais si vous n’avez pas besoin d’une couverture permanente, l’assurance temporaire peut être une excellente solution.

Avez-vous un flux de trésorerie suffisant?

Les primes sur les polices d’assurance vie entière peuvent être assez élevées. Si votre budget est limité, l’achat d’une couverture suffisante peut être difficile. Cependant, si vous avez beaucoup de liquidités excédentaires chaque mois et que vous n’avez nulle part ailleurs pour le mettre, une politique d’assurance vie entière pourrait être appropriée.

Avez-vous besoin de prévisibilité?

Avec une assurance vie entière, vos primes sont généralement déterminées au début de votre police. Les valeurs de rachat et de rachat peuvent également être fixées à ce moment-là, vous savez donc à quoi vous attendre dans les années à venir.

Alternatives à l’assurance vie entière

Si l’assurance vie entière ne vous semble pas la solution idéale, vous pourrez peut-être utiliser plusieurs alternatives.

Assurance vie temporaire

La forme la plus simple d’assurance-vie est la durée. Vous choisissez la durée de votre couverture et vous payez des primes pour maintenir la police en vigueur. Pour la plupart des familles qui se protègent contre le décès prématuré d’un parent, la vie à terme est une solution abordable.

Autres polices d’assurance-vie permanente

Si vous avez à cœur d’acheter une assurance permanente, d’autres alternatives existent. 

  • La vie universelle offre une plus grande flexibilité mais moins de prévisibilité. Les paiements de primes doivent être suffisants mais peuvent être flexibles, et la valeur de rachat augmente à un rythme qui dépend de la performance des placements de votre compagnie d’assurance, de sorte que vous ne saurez pas combien vous gagnerez à l’avance. 
  • L’assurance-vie variable vous permet de sélectionner une variété de placements similaires aux fonds communs de placement pour votre valeur de rachat, et il est possible de gagner ou de perdre de l’argent avec ces placements.

Comptes d’investissement

Si votre objectif est de faire croître vos actifs, vous n’avez pas besoin d’utiliser une police d’assurance pour le faire. Par exemple, vous pouvez souscrire une assurance-vie temporaire pour la couverture dont vous avez besoin et investir dans d’autres comptes. Les comptes de retraite, y compris les régimes de retraite en milieu de travail et les IRA, peuvent potentiellement offrir des avantages fiscaux. Les comptes de courtage imposables peuvent également être utiles, et ils n’ont pas les mêmes restrictions que les comptes de retraite.

Qu’est-ce que l’assurance vie permanente?

Qu'est-ce que l'assurance vie permanente?

Une police d’assurance-vie fournit une somme d’argent – appelée prestation de décès – à un ou plusieurs bénéficiaires en cas de décès. Une police d’assurance-vie permanente est conçue pour durer toute votre vie et n’expire pas après un certain nombre d’années.

Les types courants d’assurance-vie permanente comprennent l’assurance-vie entière, l’assurance-vie entière à émission garantie, la vie universelle et l’assurance-vie variable. Chacun de ces types de polices d’assurance-vie permanente a des caractéristiques différentes, mais tous incluent un compte de valeur de rachat auquel vous pouvez accéder. 

Voici ce que vous devez savoir sur l’assurance-vie permanente pour décider si l’une de ces polices, et quel type, vous convient. 

Qu’est-ce que l’assurance vie permanente?

L’assurance-vie permanente est un type de police d’assurance-vie qui ne prend pas fin ou ne prend pas fin après un certain nombre d’années. Il vous couvre toute votre vie tant que vous effectuez des paiements de primes suffisants et en temps opportun.

À votre décès, la police d’assurance-vie versera une prestation de décès non imposable à votre bénéficiaire. Vous pouvez nommer un ou plusieurs bénéficiaires dans la police pour recevoir la prestation.

L’assurance-vie permanente est également connue sous le nom d’assurance-vie à valeur de rachat, car elle offre la possibilité de réaliser des économies grâce à la police avec report d’impôt. Lorsque vous payez votre prime pour une police d’assurance-vie permanente, une partie du paiement que vous effectuez sert au coût de la prestation de décès et une autre partie est versée dans un compte à valeur de rachat. 

Cela est nécessaire car à mesure que vous vieillissez, le coût de l’assurance augmente. La valeur de rachat compense le coût de l’assurance afin que vous puissiez avoir une prime uniforme (dans le cas d’une assurance vie entière) ou une prime gérable pour l’intégralité de la police. Un autre avantage de la valeur de rachat est que vous pouvez en retirer de l’argent ou contracter des prêts une fois que vous y avez accumulé des actifs. 

Comment fonctionne l’assurance-vie permanente?

L’assurance-vie permanente commence généralement par une proposition. Une fois que vous êtes approuvé et détenez une police, vous payez des primes pour la maintenir en vigueur. Bien que conçue pour verser un jour une prestation de décès, l’assurance-vie permanente est un actif financier tant que vous en êtes propriétaire.

Chacune de ces phases d’une police d’assurance-vie – souscription, propriété et versement de la prestation de décès – présente des caractéristiques et des considérations uniques.

Application

Pour demander une police d’assurance-vie, vous devez soumettre une demande pour le montant de la couverture que vous souhaitez, que la compagnie d’assurance utilise pour déterminer votre admissibilité à la police et à la prime.

La demande d’assurance-vie peut (ou non) inclure un examen médical, mais nécessite généralement vos antécédents médicaux et ceux de votre famille. La nécessité d’un examen médical dépend des critères de souscription de l’entreprise.

Remarque: Si une police est entièrement souscrite médicalement, cela signifie qu’ils utilisent vos antécédents médicaux dans la souscription, mais cela ne signifie pas toujours que vous devez faire des laboratoires ou passer un examen.

Par exemple, vous pourrez peut-être obtenir une police entièrement souscrite médicalement et ne pas passer d’examen si la compagnie d’assurance utilise un processus appelé souscription accélérée.

D’autres polices sans frais médicaux offrent une souscription simplifiée (qui consiste généralement en un questionnaire), et certaines, comme les polices à émission garantie, ne posent aucune question.

En plus de recueillir des renseignements médicaux, l’assureur peut poser des questions sur votre profession, vos habitudes, la raison pour laquelle vous voulez une couverture et d’autres facteurs qu’il juge nécessaires pour évaluer le risque de l’entreprise. Il peut également vous demander de gérer votre crédit et de vérifier vos antécédents et votre historique de conduite. 

La possession

Une fois votre demande approuvée, l’assureur confirmera la couverture et la prime. Avant l’émission, vous pouvez choisir d’ajouter divers avenants ou caractéristiques à votre police, tels que des prestations du vivant ou des exonérations de prime pour invalidité. Les avenants sont des avantages optionnels qui augmentent la prime. 

Lorsque vous aurez finalisé vos options, vous paierez la prime convenue. Une partie de ce paiement de prime sert au coût de la prestation de décès. Une autre partie sert à la valeur en espèces de la police et à tous les avenants ou fonctionnalités supplémentaires que vous avez achetés. 

Si vous avez des options de placement (comme dans une police d’assurance-vie variable), le montant entrant dans la valeur de rachat sera divisé entre le placement ou les comptes fixes que vous sélectionnez. Tous les frais ou charges de la politique sont prélevés sur la valeur de rachat ou les primes.

Vous pouvez accéder à la valeur de rachat via un prêt sur police ou un retrait. Et si vous avez acheté des avenants facultatifs, comme une maladie grave, une maladie en phase terminale, une invalidité ou une maladie chronique, vous pouvez accéder à une partie de la valeur nominale «tôt», dans certaines circonstances, sous forme de prestation de décès accélérée.

Avertissement: Il est important d’examiner comment la souscription d’un prêt sur police ou un retrait de la valeur de rachat peut avoir un impact sur la police. Dans certains cas, cela peut l’exposer à un risque de déchéance ou diminuer la prestation de décès. Selon la façon dont vous gérez le retrait ou le prêt, il peut également y avoir des incidences fiscales défavorables. 

Paiement de la prestation de décès

Le paiement de la prestation de décès a lieu à votre décès. Votre bénéficiaire recevra la valeur totale de la prestation de décès, que vous décédiez cinq ans dans le contrat ou à la fin d’une longue vie. Si votre police a une valeur de rachat, votre bénéficiaire n’obtiendra généralement pas la prestation de décès et la valeur de rachat. Cependant, certaines polices sont conçues pour payer à la fois la valeur nominale et la valeur de rachat accumulée. Si cette fonctionnalité est importante pour vous, assurez-vous d’en discuter avec un agent d’assurance avant de souscrire une police.

La plupart, sinon la totalité, des polices d’assurance-vie ont une période de contestabilité de deux ans. Si vous décédez dans les deux premières années suivant l’émission de la police, l’assureur peut examiner votre demande pour des erreurs importantes et potentiellement refuser votre demande. Une réclamation pour décès à la suite d’un suicide peut également être refusée pendant la période de contestabilité.

Important: les polices d’assurance-vie permanentes ont une date à laquelle elles arrivent à échéance, par exemple 100 ou 121 ans. un événement imposable. Différentes politiques gèrent la maturité des politiques différemment.

Types d’assurance-vie permanente

Si vous décidez que l’assurance-vie permanente est le bon choix pour vos besoins, réfléchissez au type d’assurance-vie permanente qui convient le mieux.

Assurance vie entière

L’assurance vie entière offre une prestation de décès garantie, une prime uniforme (une prime qui n’augmente pas avec le temps) et la capacité de créer une valeur de rachat. Avec les polices d’assurance vie entière «avec participation» (disponibles auprès de certaines mutuelles d’assurance), vous pouvez gagner des dividendes annuels, qui ajoutent à la valeur de la police.

Assurance vie universelle

Avec une police d’assurance vie universelle, vous pouvez ajuster vos paiements de primes et modifier la prestation de décès (même si vous devrez peut-être souscrire une assurance médicale pour l’augmenter). Les polices offrent également un taux d’intérêt minimum garanti sur la valeur de rachat. Si vous n’effectuez pas de paiements de primes ou si les paiements ne sont pas suffisants, la police réduira la valeur de rachat pour couvrir les coûts et pourrait éventuellement devenir caduque.

Assurance vie variable

Selon le type de police, les primes peuvent être fixes ou flexibles, et il peut y avoir une garantie minimale au décès. Une caractéristique clé de l’assurance-vie variable est la possibilité d’investir la valeur de rachat, généralement dans divers fonds communs de placement, via des sous-comptes de la police. En raison des caractéristiques de placement, les frais et coûts des polices sont plus élevés que pour les polices d’assurance vie non variables. 

Ce type de police présente un risque plus élevé de perdre de l’argent ou de devenir caduque lorsque le marché ne fonctionne pas bien ou que les primes ne sont pas suffisantes pour couvrir les frais de la police.

Assurance vie à émission garantie

L’assurance émission garantie est une assurance vie permanente qui ne nécessite aucune souscription médicale. Communément appelée assurance des dépenses finales ou de l’inhumation, elle offre généralement une couverture minimale (généralement inférieure à 25 000 $ et parfois jusqu’à 50 000 $).

Remarque: La plupart des assurances-vie à émission garantie comprennent une prestation de décès échelonnée, ce qui signifie que si vous décédez au cours des deux premières années de la police pour une raison autre qu’un accident, vos héritiers ne recevront pas la valeur nominale de la police. Au lieu de cela, ils ne recevront que des primes payées, éventuellement plus un pourcentage.

Assurance-vie permanente et assurance-vie temporaire

Alors que l’assurance-vie permanente offre une protection à vie, l’assurance-vie temporaire peut vous couvrir aussi peu qu’un an et jusqu’à 30 ou 40 ans. Contrairement aux polices permanentes, les polices à terme n’incluent généralement pas de valeur de rachat. Si vous décédez pendant la durée, la prestation de décès est versée au bénéficiaire, mais une fois la durée écoulée, vous n’avez plus de couverture. 

Puisqu’elle offre une couverture pour une période limitée et n’accumule pas de valeur de rachat, l’assurance-vie temporaire a généralement des primes moins chères que l’assurance-vie permanente.

FonctionnalitéAssurance vie permanenteAssurance vie temporaire
Durée de la politiqueCouverture à vieCouverture pour une période de temps limitée 
AssurabilitéVous conservez votre couverture même si votre état de santé change Une fois qu’une police d’assurance-vie temporaire prend fin, vous devrez passer par la souscription si vous voulez une assurance-vie
Prestation de décèsPayable à viePayable uniquement si le décès survient pendant la durée du contrat
PrimesPour les polices d’assurance vie entière, la prime n’augmentera pas. Pour la vie universelle, la prime n’augmentera pas en raison de votre âge ou de votre état de santéPour la plupart des polices, la prime est fixée pour la durée de la couverture
Prestation de décès non imposableOuiOui
Croissance de la trésorerie à impôt différéOuiNon
Possibilité d’emprunter à la policeOuiNon
Accès aux dividendesPour certaines politiques de la vie entièrePas typiquement
Valeur en espècesOuiNon
CoûtPlus cher que la vie à termeOption la plus abordable

Ai-je besoin d’une assurance vie permanente?

En plus de protéger la stabilité financière de votre famille, l’assurance-vie permanente répond à de nombreux besoins. Voici quelques exemples de situations où l’assurance-vie permanente est un bon choix:

  • Vous souhaitez offrir un héritage non imposable à vos enfants
  • Vous voulez une couverture à vie
  • Vous souhaitez vous assurer que vous êtes jeune et en bonne santé 
  • Vous souhaitez utiliser l’assurance-vie comme un outil pour constituer une épargne à imposition différée – comme filet de sécurité, pour un revenu de retraite ou pour aider à financer des coûts importants comme les études d’un enfant ou un acompte sur une maison 
  • Vous souhaitez faire un don de bienfaisance important à votre décès
  • Vous souhaitez compléter une autre assurance vie (une police temporaire ou une assurance vie par le travail) par une police permanente

Si vous décidez de souscrire une assurance-vie, vous êtes en bonne compagnie. 57% des Américains ont une assurance-vie pour compléter leur revenu de retraite, 66% l’ont pour transférer leur patrimoine, 84% ont une assurance-vie pour aider à payer les frais d’inhumation et les dépenses finales, et 62% l’ont pour remplacer la perte de revenu ou de salaire.

Points clés à retenir

  • L’assurance vie permanente offre une prestation de décès qui vous couvre à vie.
  • Il existe plusieurs types d’assurance vie permanente.
  • Il est possible de souscrire une assurance vie permanente médicalement souscrite sans passer un examen médical. 
  • Vous pouvez créer des économies à imposition différée grâce à la fonction de valeur de rachat d’une police permanente.
  • Différents types de polices permanentes ont des caractéristiques d’investissement variées à choisir.
  • Une police d’assurance-vie permanente peut devenir caduque si les primes ne sont pas payées, lorsque les frais sont trop élevés ou si vous empruntez ou retirez de l’argent de la police et que vous ne faites pas attention.

5 types d’assurance que tout le monde devrait avoir

5 types d'assurance que tout le monde devrait avoir

L’assurance offre la tranquillité d’esprit contre les imprévus. Vous pouvez trouver une police d’assurance pour couvrir presque tout ce qui est imaginable, mais certaines sont plus importantes que d’autres, en fonction de votre situation et de vos besoins. Au fur et à mesure que vous planifiez votre avenir financier, ces cinq types d’assurance devraient être fermement ancrés dans votre radar.

Assurance automobile

L’assurance automobile est essentielle si vous conduisez. Non seulement cela est nécessaire dans la plupart des États, mais les accidents de voiture coûtent cher – plus de 10 000 $ même sans aucune blessure, et plus de 1,5 million de dollars si un accident est mortel. Ces coûts proviennent des frais médicaux, des dommages aux véhicules, des pertes de salaire et de productivité, etc.

La plupart des États exigent que vous ayez une assurance responsabilité civile automobile de base, qui couvre les frais juridiques, les blessures corporelles ou la mort et les dommages matériels à autrui lors d’un incident où vous êtes légalement responsable. Certains États exigent également que vous ayez une protection contre les blessures corporelles (PIP) et / ou une couverture pour les automobilistes non assurés. Ces couvertures couvrent les frais médicaux liés à l’incident pour vous et vos passagers (quel que soit le responsable), les accidents avec délit de fuite et les accidents avec des conducteurs non assurés.

Remarque: Si vous achetez une voiture avec un prêt, vous devrez peut-être également ajouter une couverture complète et collision à votre police. Ces couvertures couvrent les dommages à votre véhicule résultant d’accidents de voiture, de vol, de vandalisme et d’autres dangers, et elles sont particulièrement importantes si la réparation ou le remplacement de votre voiture vous créait des difficultés financières.

Assurance habitation

Pour de nombreuses personnes, une maison est leur plus grand atout. L’assurance habitation vous protège, vous et votre investissement, en étendant un filet de sécurité financière en cas de dommages imprévisibles. Si vous avez une hypothèque, votre prêteur a probablement besoin d’une police. Mais si vous n’achetez pas votre propre police, votre prêteur peut l’acheter pour vous – potentiellement à des coûts plus élevés et avec une couverture plus limitée – et vous envoyer la facture.

L’assurance habitation est une bonne idée même si vous avez remboursé votre prêt hypothécaire, car elle vous protège contre les frais de dommages matériels et la responsabilité pour les blessures et les dommages matériels causés aux invités par vous ou votre famille (y compris les animaux de compagnie). Il peut également couvrir les frais de subsistance supplémentaires si votre maison est inhabitable après une réclamation couverte, et payer pour réparer ou reconstruire des structures détachées, comme votre clôture et votre remise, endommagées par une réclamation couverte.

Si vous louez votre maison, une police d’assurance locataire est tout aussi importante et peut être exigée. Bien sûr, l’assurance de votre propriétaire couvre la structure elle-même, mais vos effets personnels peuvent représenter une somme d’argent importante. En cas de cambriolage, d’incendie ou de catastrophe, votre police locataire devrait couvrir la plupart des frais de remplacement. Cela peut également vous aider à payer des frais de subsistance supplémentaires si vous devez rester ailleurs pendant que votre maison est en cours de réparation. De plus, comme l’assurance habitation, l’assurance du locataire offre une protection en matière de responsabilité civile.

Assurance santé

L’assurance maladie est facilement l’un des types d’assurance les plus importants à avoir. Votre bonne santé est ce qui vous permet de travailler, de gagner de l’argent et de profiter de la vie. Si vous deviez développer une maladie grave ou avoir un accident sans être assuré, vous pourriez vous retrouver dans l’impossibilité de recevoir un traitement ou être obligé de payer de grosses factures médicales. Une étude récente publiée dans l’American Journal of Public Health a montré que près de 67% des répondants estimaient que leurs dépenses médicales avaient contribué à leur faillite.

«L’achat d’une assurance maladie fait partie intégrante de la gestion des principaux risques financiers personnels», a déclaré Harry Stout, auteur de finances personnelles et ancien président et chef de la direction d’une compagnie d’assurance vie et générale. Stout a déclaré à The Balance dans un e-mail que “ne pas avoir de couverture peut être financièrement dévastateur pour les ménages en raison du coût élevé des soins.”

L’assurance maladie souscrite sur le marché de l’assurance maladie peut même couvrir des services préventifs (vaccins, dépistages et certains examens) afin que vous puissiez maintenir votre santé et votre bien-être pour répondre aux exigences de la vie.

Conseil: si vous êtes indépendant ou indépendant, vous pouvez déduire les primes d’assurance maladie que vous payez de votre poche lorsque vous produisez votre déclaration de revenus.

L’assurance invalidité

«Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, leur maison ou leur voiture n’est pas leur plus grand atout. C’est plutôt leur capacité à gagner un revenu. Pourtant, de nombreux professionnels n’assurent pas le risque d’invalidité », a déclaré John Barnes, CFP® et propriétaire de My Family Life Insurance, dans un courriel adressé à The Balance.  

Il a poursuivi en disant qu ‘«un handicap survient plus souvent que les gens ne le pensent». La Social Security Administration estime qu’un handicap survient chez un jeune de 20 ans sur quatre avant d’atteindre l’âge de la retraite.

«L’assurance invalidité est le seul type d’assurance qui vous versera une prestation si vous êtes malade ou blessé et que vous ne pouvez pas faire votre travail.» 

Les employés ont raison de penser qu’ils ont droit à des prestations d’invalidité par le biais de l’indemnisation des accidents du travail pour les blessures qui surviennent au travail. Pourtant, Barnes avertit que l’indemnisation des accidents du travail «ne couvre pas les blessures ou maladies hors du travail comme le cancer, le diabète, la sclérose en plaques ou même le COVID-19».

Heureusement, l’assurance invalidité ne risque pas de faire sauter la banque; ce type d’assurance peut se glisser dans la plupart des budgets. «Habituellement, les primes d’assurance-invalidité coûtent deux cents pour chaque dollar que vous gagnez», a déclaré Barnes. «Certes, les primes varient en fonction de l’âge, de la profession, du salaire et de l’état de santé.» Si vous gagnez 40 000 $ par an, cela équivaut à 800 $ par an (environ 67 $ par mois).

Assurance-vie

De nombreux experts financiers considèrent que l’assurance-vie fait partie intégrante de votre plan financier. L’importance de l’inclusion dans votre planification dépend de votre situation. «Le besoin en assurance-vie varie et évolue avec le temps», a expliqué Stephen Caplan, CSLP ™, conseiller financier chez Neponset Valley Financial Partners, dans un courriel adressé à The Balance. «Si quelqu’un est jeune et célibataire, ses besoins sont minimes. S’ils sont chargés de soutenir une famille, il est essentiel d’assurer une protection adéquate. »

Si vous êtes marié avec une famille au moment de votre décès, l’assurance-vie peut remplacer la perte de revenu, vous aider à payer les dettes persistantes ou à payer les études collégiales de vos enfants. Si vous êtes célibataire, l’assurance-vie pourrait couvrir les frais d’inhumation et rembourser les dettes que vous laissez. 

Votre capacité à souscrire une assurance-vie dépend principalement de votre âge et de votre état de santé. Plus vous êtes jeune et en bonne santé, plus le coût sera probablement bas. Vous devrez peut-être passer un examen médical, mais certaines compagnies d’assurance-vie proposent des polices d’assurance-vie sans examen.

Si vous ne savez pas si une police d’assurance-vie vous serait bénéfique, Caplan suggère de poser ces questions pour évaluer vos besoins:

  • À quelles dépenses financières immédiates votre famille devra-t-elle faire face à votre décès? Pensez aux dettes impayées, aux frais funéraires, etc.
  • Pendant combien de temps vos personnes à charge auraient-elles besoin d’une aide financière si vous décédiez aujourd’hui?
  • En plus de couvrir les besoins les plus urgents de votre famille, voudriez-vous laisser de l’argent pour des dépenses importantes mais moins urgentes? Pensez à l’éducation ou à l’héritage de vos enfants, aux dons de bienfaisance, etc.

La ligne de fond

«L’assurance joue un rôle important mais simple: elle remplace la perte économique en cas de catastrophe», a déclaré Caplan. Les assurances auto, biens, santé, invalidité et vie sont les principaux types d’assurances qui vous aident à vous protéger et à protéger vos actifs. Mais il est également important de prendre en compte vos besoins individuels et de discuter avec des agents agréés pour voir comment les politiques peuvent être ajustées pour mieux vous servir. Les conseillers financiers et les planificateurs peuvent vous fournir des conseils sur la question de savoir si d’autres types d’assurance courants, comme les parapluies et les soins de longue durée, devraient également faire partie de votre stratégie financière.

Types d’assurance-crédit à connaître

Types d'assurance-crédit à connaître

L’assurance-crédit est un type d’assurance qui rembourse votre carte de crédit ou le solde de votre prêt si vous êtes incapable d’effectuer des paiements en raison d’un décès, d’une invalidité, du chômage ou, dans certains cas, si des biens sont perdus ou détruits. Pour les entreprises, un type d’assurance-crédit offre une protection contre les clients impayés.

Comment fonctionne l’assurance-crédit

Plutôt que d’être vendue par des agents d’assurance comme avec l’assurance-vie et l’assurance automobile, l’assurance-crédit est généralement un service supplémentaire offert par l’émetteur de votre carte de crédit ou le prêteur, offert soit au moment de la demande, soit plus tard dans la durée du prêt.

Les primes d’assurance-crédit varient en fonction du montant de la prestation. De manière générale, plus l’endettement est élevé, plus votre prime d’assurance sera élevée. La prime d’assurance est souvent ajoutée à votre facture mensuelle jusqu’à ce que vous utilisiez l’assurance ou que vous annuliez la prestation. Dans d’autres cas, l’assurance-crédit est facturée en une seule fois et incluse dans le coût total du prêt. Si vous devez faire une réclamation, les prestations d’assurance sont versées directement au prêteur et non à vous.

5 types d’assurance-crédit

Il existe cinq types d’assurance-crédit, dont quatre sont destinés aux produits de crédit à la consommation. Le cinquième type est destiné aux entreprises.

  1. L’assurance-vie de crédit rembourse le solde de votre carte de crédit en cas de décès. Cela évite à vos proches d’avoir à payer le solde impayé de votre carte de crédit sur votre succession ou pire, de leur propre poche.
  2. L’assurance-invalidité de crédit verse votre paiement minimum directement à l’émetteur de votre carte de crédit si vous devenez invalide. Vous devrez peut-être être invalide pendant un certain temps avant que l’assurance ne paie. Il peut y avoir une période d’attente avant le début de la prestation. Vous ne pouvez donc pas ajouter la police d’assurance et faire une réclamation le jour même.
  3. L’assurance-chômage crédit paie votre paiement minimum si vous perdez votre emploi sans faute de votre part. Si vous arrêtez, par exemple, la prestation d’assurance n’entre pas en vigueur. Dans certains cas, vous devrez peut-être être au chômage pendant un certain temps avant que l’assurance ne verse votre paiement minimum.
  4. L’assurance-crédit protège tous les biens personnels que vous avez utilisés pour garantir un prêt si ces biens sont détruits ou perdus à la suite d’un vol, d’un accident ou d’une catastrophe naturelle.
  5. L’assurance-crédit commerciale est un type d’assurance qui protège les entreprises qui vendent des biens et des services à crédit. Il protège contre le risque des clients qui ne paient pas en raison de l’insolvabilité et de quelques autres événements. La plupart des consommateurs n’auront pas besoin de ce type d’assurance.

Alternatives à l’assurance-crédit

Selon le type de dette, vous n’avez pas nécessairement besoin d’une assurance-crédit. Alors que certains émetteurs de cartes de crédit ou prêteurs peuvent utiliser des tactiques de vente à haute pression pour vous amener à souscrire à l’assurance, ce n’est pas une exigence pour votre prêt.

Remarque: avec les cartes de crédit, vous n’aurez peut-être pas besoin d’assurance si vous payez le solde de votre carte de crédit en entier chaque mois, car vous n’aurez pas à vous soucier du solde.

Vous pourrez peut-être éviter l’assurance-crédit si vous avez un fonds d’urgence épargné. Le but d’un fonds d’urgence est de fournir une source de financement si vous devenez invalide, perdez votre emploi ou subissez une autre perte de revenu.

Votre police d’assurance-vie peut également offrir une protection suffisante pour éviter d’avoir une assurance-crédit distincte. La prestation de décès versée par votre assurance-vie devrait suffire à couvrir vos dettes impayées et à laisser des fonds supplémentaires à vos proches. Vous pouvez parler à votre agent d’assurance de l’augmentation de votre capital-décès si cela ne suffit pas pour couvrir vos obligations existantes. Le coût peut être inférieur à celui d’une assurance-crédit distincte et vous n’aurez pas à payer d’intérêts sur votre police d’assurance-vie.

Petits caractères

Si vous envisagez une assurance-crédit, il est important de lire les petits caractères des avantages offerts, le moment où l’assurance paie et les éventuelles exclusions. Déterminez si l’assurance est meilleure que les autres protections que vous avez.

Ne souscrivez pas à une assurance par téléphone si elle est promue par un représentant du service à la clientèle des cartes de crédit. Demandez plutôt une brochure ou un site Web que vous pouvez visiter pour en savoir plus sur les détails de l’assurance. Assurez-vous de connaître les événements qui ne sont pas couverts par l’assurance et les détails sur la façon dont vous pouvez annuler l’assurance si elle n’est plus nécessaire.

Comment se plonger dans l’investissement sans avoir peur

Comment se plonger dans l'investissement sans avoir peur

La plupart des gens hésitent au départ lorsqu’ils commencent à investir en bourse. Une partie importante de leurs préoccupations – également l’un des obstacles les plus importants pour la plupart des investisseurs – est la crainte de pertes financières. 

L’investissement peut susciter des craintes valables et authentiques pour les nouveaux investisseurs. Même les investisseurs expérimentés peuvent parfois avoir peur. Les gens prennent de mauvaises décisions, se laissent emporter par leurs émotions et perdent de l’argent à cause de situations hors de leur contrôle. Si vous venez de commencer à investir, vous vous lancez dans quelque chose de nouveau et d’inconnu.

Comme pour la plupart des peurs, vous pouvez prendre des mesures pour éliminer les hésitations fondées sur la peur et devenir un investisseur prospère.

Renseignez-vous

La connaissance est un atout essentiel lorsque vous investissez. Comprendre le fonctionnement des marchés et des actions peut contribuer à atténuer la peur des investisseurs. Vous pouvez également réduire l’anxiété en vous familiarisant davantage avec l’économie, les investisseurs, les entreprises et les influences gouvernementales sur le marché.

Fixez-vous des objectifs d’investissement

Demandez-vous où vous voulez être financièrement dans un, cinq ou dix ans. Après avoir pris connaissance des différents types d’investissements et de leur fonctionnement, définissez des dates cibles et des objectifs financiers pour vos actifs.

Conseil: les objectifs d’investissement n’ont pas besoin d’être compliqués. Votre objectif pourrait être d’avoir un actif de 1 million de dollars que vous pourrez convertir en espèces au moment où vous aurez 65 ans pour un revenu de retraite.

Se fixer ces objectifs vous permet de vaincre la peur avec détermination. Une fois que vous savez ce que vous voulez, vous vous mettez dans un endroit passionnant et motivant. De plus, vous avez établi un calendrier pour votre parcours financier.

Regardez la vue d’ensemble

Prenez du recul et réévaluez vos objectifs et ce que vous faites pour les atteindre. Regardez ce que vous avez à perdre tout en vous concentrant sur ce que vous avez à gagner. Pour la plupart des gens, investir est un marathon, pas un sprint jusqu’à l’arrivée.

Évaluez votre situation financière et décidez combien vous pouvez investir. Déterminez la part de votre revenu qui peut être disponible – vous ne voulez pas perdre tout ce que vous avez si le marché boursier s’effondre. Une bonne règle de base est de ne pas investir plus que ce que vous pouvez vous permettre de perdre.

Commencez petit, continuez à contribuer, laissez-le grandir

N’ayez pas peur de commencer petit. Commencez avec des sommes d’argent que vous pouvez vous permettre de perdre et ne prenez pas trop de risques en apprenant. Au fur et à mesure que vous regardez votre solde augmenter, vous serez plus à l’aise d’investir des sommes plus importantes si vous en avez les moyens.

Important: l’ intérêt composé est le principe fondamental de l’investissement. Plus d’argent sur votre compte signifie plus d’intérêts composés.

Lorsque vous continuez à contribuer à votre portefeuille de placements – en achetant plus d’actions ou d’autres placements – vous avez plus d’argent composé d’intérêts pour vous.

Avoir une stratégie d’investissement

Lorsque vous avez un plan d’investissement, il devient plus facile d’investir. Il existe plusieurs stratégies de trading publiées en ligne et dans des livres et enseignées lors de séminaires. Certaines techniques peuvent vous aider à exceller, tandis que d’autres peuvent être déroutantes et contre-productives.

Une fois que vous êtes à l’aise, vous devez ajuster lentement votre méthode au fil du temps pour l’affiner jusqu’à ce que vous en soyez satisfait. Apprenez les différentes méthodes que les autres utilisent et appliquez ces compétences et ces idées.

Utilisez une approche simple

Gardez vos stratégies simples. Les stratégies d’investissement complexes nécessitent souvent beaucoup plus de travail et de stress que les stratégies plus simples – et souvent sans plus de profit. Une approche d’investissement simple vous évite d’être dépassé ou de faire des erreurs, et vous permet de rester sur la bonne voie.

Important: Une stratégie simple vous permet d’être flexible avec vos finances et vos actifs.

Lorsque votre plan est simple, il est plus facile de repérer les problèmes. Si vous trouvez un problème avec l’un de vos actifs, vous ajustez. Voici quelques exemples d’ajustements que vous devrez peut-être apporter:

  • Changer les actions des entreprises que vous négociez
  • Payer différents prix par action
  • Changer votre stratégie de holding
  • Utiliser une méthode d’analyse différente
  • Changer les types d’investissement

Trouvez un investissement et investissez

Parfois, vous devez mordre la balle et vous plonger dans quelque chose avec lequel vous n’êtes peut-être pas tout à fait à l’aise. Une fois que vous avez commencé à suivre les étapes de votre parcours d’investissement, les concepts commencent à avoir plus de sens et l’anxiété diminue.

Une fois que vous avez identifié votre stratégie, vous pouvez commencer à choisir les types d’investissement dans lesquels vous souhaitez investir. Parmi les nombreux types différents, les débutants peuvent se sentir plus à l’aise avec leur 401 (k) parrainé par l’entreprise ou un compte de retraite individuel (IRA). . Après avoir vu votre compte monter et descendre avec le marché boursier, vous serez beaucoup plus à l’aise avec d’autres types de placements.

Remarque: Pour un nouvel investisseur, le premier investissement donne l’impression de sombrer dans le brouillard. Il semble nuageux de loin, mais plus vous vous rapprochez, plus vous en voyez.

Ne vous découragez pas

Le plus souvent, les choses ne se passent pas comme prévu. Les cours des actions montent et descendent, les économies se développent et se contractent, et les investisseurs avec des plans risqués paniquent. Commencez petit, apprenez de vos erreurs – et des autres – pour minimiser vos pertes.

Lorsque vos investissements perdent de la valeur, relancez-vous et recommencez. Si vous avez évalué votre tolérance au risque et choisi une stratégie et des actifs qui correspondent à vos objectifs, vous êtes plus susceptible de récupérer les pertes. La patience est une vertu, comme on dit – elle l’est encore plus lorsqu’on investit.

Comment économiser et investir judicieusement

Comment économiser et investir judicieusement

Investir votre argent est l’un des meilleurs moyens de créer de la richesse et d’épargner pour vos futurs objectifs financiers. Parce que les objectifs et les préférences de chacun sont différents, l’investissement variera probablement pour chaque individu. Mais la création d’une stratégie d’investissement repose généralement sur les mêmes principes de base et nécessite la construction de bonnes habitudes financières. Dans cet article, vous apprendrez à investir judicieusement de l’argent pour atteindre vos objectifs.

Fixez-vous des objectifs et commencez à investir

La première étape la plus importante de tout plan d’investissement est l’établissement d’objectifs. Pensez à investir comme à un road trip: votre objectif est votre destination finale, tandis que votre plan d’investissement est la route que vous emprunterez pour y arriver. De nombreuses personnes commencent à investir pour épargner en vue de leur retraite. Mais vous pouvez également investir pour épargner pour d’autres grands objectifs comme les études universitaires de votre enfant, les frais médicaux futurs ou l’acompte sur la maison de vos rêves.

Lorsque vous commencez à peine, le simple est mieux. En fait, vous entendrez de nombreux experts en finance affirmer que la meilleure stratégie d’investissement est ennuyeuse. 

Parlons de certains des outils et des actifs qui pourraient faire partie de votre stratégie d’investissement.

DIY Investing vs Professional Management vs Robo-Advisors

Avant de nous plonger dans les différents types d’actifs dans lesquels vous pouvez investir, parlons de la manière de mener à bien votre stratégie d’investissement. 

De nombreuses personnes choisissent d’embaucher un conseiller financier pour les aider à gérer leur portefeuille de placements. Ces conseillers facturent des frais (souvent un pourcentage de la valeur de votre portefeuille) ou effectuent une commission sur les produits qu’ils recommandent. Pour un itinéraire plus économique, vous pouvez à la place gérer vos propres investissements, en sélectionnant manuellement où placer votre argent.

Mais il y a aussi une troisième option pour les personnes qui veulent quelque chose entre les deux. Un robot-conseiller, ou programme de conseil en investissement numérique automatisé, est un service financier qui choisit automatiquement vos investissements en votre nom en fonction de vos réponses aux questions sur vos objectifs d’investissement, votre tolérance au risque, votre horizon temporel, etc. Les robots-conseillers facturent généralement des frais moins élevés que les professionnels de la finance sans vous obliger à choisir vos propres investissements comme vous le feriez en empruntant la voie du bricolage.

Stocks

Une action est une part de propriété («capitaux propres») dans une société cotée en bourse. Les entreprises vendent des actions comme moyen de lever des capitaux pour les dépenses d’exploitation et les dépenses en capital. Ceux qui achètent des actions dans une entreprise peuvent gagner de l’argent de deux manières principales:

  • Dividendes : lorsque la société transfère périodiquement une partie de ses bénéfices aux actionnaires.
  • Appréciation du capital: lorsque la valeur de votre action augmente avec le temps et que vous êtes en mesure de la vendre plus cher que celle pour laquelle vous l’avez achetée.

Obligations

Une obligation est un type de titre de créance qui permet aux entreprises et aux agences gouvernementales d’emprunter de l’argent aux investisseurs en leur vendant des obligations. Les obligations sont généralement assorties d’un taux d’intérêt prédéterminé, que l’émetteur paie sur la durée de vie de l’obligation (souvent deux fois par an). Ensuite, lorsque l’obligation arrive à échéance, l’émetteur rembourse le principal aux porteurs d’obligations.

Les investisseurs peuvent gagner de l’argent en investissant dans des obligations à la fois en versant des intérêts réguliers et en vendant une obligation plus cher que ce qu’ils ont payé.

Fonds 

Certains des investissements les plus populaires sur le marché sont en fait des fonds, qui sont une combinaison de nombreuses actions ou obligations (ou les deux). Voici les principaux types de fonds:

  • Fonds indiciels : un pool d’investissements qui suit passivement un indice boursier particulier, tel que le S&P 500 ou l’ensemble du marché boursier.
  • Fonds communs de placement : un pool d’investissement géré activement dans lequel un gestionnaire de fonds sélectionne les avoirs, souvent dans l’espoir de battre la performance globale du marché.
  • Fonds négociés en bourse: ils sont similaires à un fonds indiciel ou à un fonds commun de placement, mais les FNB peuvent être négociés tout au long de la journée, contrairement aux fonds indiciels et aux fonds communs de placement.

Astuce: votre argent ne doit pas rester en attente d’être investi. Envisagez de le placer dans un compte d’épargne à intérêt élevé ou dans un fonds du marché monétaire pour obtenir un rendement modeste sur l’argent que vous n’êtes pas prêt à investir.

Gérez vos niveaux de risque

Chaque fois que vous investissez, vous prenez un certain niveau de risque. Lorsque vous commencez à investir, il est important que vous compreniez le risque que chaque actif comporte et comment vous pouvez configurer votre portefeuille de manière à réduire votre exposition au risque.

La première chose à considérer lors du choix de votre allocation d’actifs est votre tolérance au risque, ou votre niveau de confort et votre volonté de perdre de l’argent en échange d’une plus grande récompense possible. Dans la plupart des cas, il existe une corrélation entre le risque et le rendement d’un investissement. Plus le risque est élevé, plus le rendement est souvent élevé. De même, les investissements à faible risque ont généralement un rendement potentiel plus faible. 

Tout le monde a une tolérance au risque différente, et il est important que vous construisiez un portefeuille de placement avec lequel vous êtes à l’aise. Gardez cela à l’esprit lorsque vous choisissez vos actifs. Et si vous utilisez un robot-conseiller, il vous posera probablement des questions sur votre tolérance au risque et prendra des décisions d’investissement qui en tiennent compte.

Parlons de quelques mesures que chacun peut prendre pour aider à atténuer les risques dans son portefeuille de placements.

Diversification

La diversification consiste à répartir votre argent sur différents investissements. Plus votre portefeuille est diversifié, moins l’impact global de la performance d’un seul investissement est faible.

La première façon de vous diversifier consiste à utiliser les classes d’actifs. Par exemple, vous pouvez investir dans des actions, des obligations, des biens immobiliers et des équivalents de trésorerie pour vous assurer que votre argent ne se trouve pas dans une seule catégorie. De cette façon, si le marché boursier se porte bien mais que le marché obligataire se porte mal, votre portefeuille global n’est pas affecté négativement.

L’autre façon de vous diversifier est au sein des classes d’actifs. Par exemple, au lieu d’acheter des actions d’une seule société, vous investissez dans de nombreuses sociétés différentes – ou même dans un fonds indiciel boursier total – pour aider à réduire le risque.

Étalement des coûts en dollars

La moyenne des coûts en dollars fait référence à des contributions récurrentes à vos investissements, peu importe ce qui se passe sur le marché. Beaucoup de gens utilisent la moyenne des coûts en dollars sans s’en rendre compte en versant des contributions mensuelles à un plan 401 (k) au travail.

Remarque: Plutôt que d’essayer de chronométrer le marché, la moyenne des coûts en dollars est une stratégie cohérente. Vous investissez régulièrement et votre argent augmente avec le temps.

Stratégie Core-Satellite

L’investissement core-satellite est une stratégie conçue pour réduire les coûts et les risques tout en essayant de surperformer le marché. Cette stratégie implique d’avoir un «cœur» de votre portefeuille, qui serait généralement des fonds indiciels gérés passivement. Le reste de votre argent est investi dans des investissements gérés activement, qui constituent les satellites. Le cœur de votre portefeuille contribue à réduire la volatilité, tandis que les satellites sont destinés à obtenir des rendements plus élevés.

Encaisse

Quelle que soit votre stratégie d’investissement, les experts recommandent généralement de conserver au moins une partie de votre argent en espèces ou en équivalents de trésorerie. Les liquidités ne sont pas sensibles aux ralentissements du marché. Et si vous épargnez pour un objectif dans quelques années, vous n’aurez pas à vous soucier de perdre votre investissement juste avant d’en avoir besoin. 

Attention: l’ argent liquide n’est pas entièrement sans risque. Lorsque vous gardez des liquidités en main, votre argent n’augmente pas parce que les taux d’intérêt sont historiquement bas. Et comme le taux d’inflation cible de la Réserve fédérale est de 2%, vous pouvez vous attendre à ce que votre argent perde de la valeur au fil des ans.1 Pour cette raison, envisagez de faire des liquidités une partie de votre stratégie d’investissement globale.

Profitez de la composition

Il existe une expression d’investissement courante qui dit: «Le temps passé sur le marché est meilleur que celui du marché». En d’autres termes, il vaut mieux mettre constamment de l’argent sur le marché et le laisser croître plutôt que d’essayer de chronométrer le marché pour obtenir des rendements plus importants. Ce concept va de pair avec la stratégie de calcul de la moyenne des coûts en dollars ci-dessus, dans laquelle vous investissez de manière cohérente indépendamment de ce qui se passe sur le marché.

La raison pour laquelle le temps passé sur le marché fait une si grande différence est que vos rendements sont composés, ce qui signifie qu’ils sont pris en charge par votre investissement principal et gagnent également de l’argent.

Disons que vous avez investi 200 $ par mois de 25 à 35 ans. Après l’âge de 35 ans, vous ne versez jamais un autre dollar, mais vous laissez votre argent continuer de croître. Nous supposerons un rendement de 10%, qui est la moyenne du marché boursier, selon la Securities and Exchange Commission (SEC). Votre investissement de 24 000 $ se transformera en plus de 676 000 $ lorsque vous atteindrez l’âge de 65 ans. 

Mais que se passe-t-il si vous investissez le même montant d’argent plus tard dans la vie? Si vous cotisez la même somme de 200 $ par mois sur 10 ans, mais que vous ne commencez pas avant 55 ans, votre investissement atteindra seulement 38 768 $. Comme vous pouvez le voir, le temps passé sur le marché peut faire la différence de centaines de milliers, voire de millions de dollars.

Minimisez vos impôts et vos coûts

Plus votre investissement est consacré aux impôts et aux frais, moins il vous reste pour vous aider à atteindre vos objectifs. Et même si les pourcentages peuvent sembler faibles, n’oubliez pas que vos placements sont composés. Et l’argent qui va aux impôts et autres dépenses ne s’accumule pas, vous coûte beaucoup plus cher à long terme.

La première dépense d’investissement à surveiller est les impôts. Les taxes sont inévitables et ont sans doute un but, mais cela ne signifie pas que vous devriez payer plus que ce que vous devez. L’une des meilleures façons d’économiser de l’argent sur les impôts est d’investir dans des comptes fiscalement avantageux. Les plans 401 (k), les comptes de retraite individuels (IRA), 529 plans et les comptes d’épargne santé (HSA) offrent tous des économies d’impôt.

Les autres types de dépenses à prendre en compte sont les frais que vous payez sur vos placements. Les frais courants comprennent ceux que vous payez à un conseiller financier et les ratios de dépenses sur les placements individuels. 

Heureusement, il est facile de réduire ces frais. De nombreux investisseurs optent pour un robot-conseiller ou une application de négociation d’actions pour gérer leurs investissements. Ceux-ci viennent généralement à un coût inférieur à celui d’un conseiller financier.

Vous pouvez également faire attention aux frais attachés à chaque investissement. Les fonds communs de placement ont souvent des ratios de dépenses plus élevés. Ils sont gérés activement, ce qui signifie qu’il y a une personne qui les dirige qui doit gagner de l’argent. Mais les fonds indiciels sont gérés passivement, ce qui signifie qu’ils n’obligent personne à sélectionner les investissements à la main. En conséquence, ils ont souvent des ratios de dépenses nettement inférieurs. 

Vérifiez votre argent

Même la stratégie d’investissement la plus passive n’est pas entièrement définie et oublie. Il est important de revoir régulièrement vos investissements pour vérifier leur performance, ajuster votre stratégie en fonction de vos objectifs et rééquilibrer si nécessaire.

Conseil: il est important de vérifier régulièrement vos investissements. Envisagez de définir un rappel tous les six à 12 mois pour passer en revue vos investissements et ajuster votre portefeuille au besoin.

Le rééquilibrage consiste à ajuster vos investissements pour revenir à votre allocation d’actifs prévue. Étant donné que certains investissements croissent à un rythme plus rapide, ils finiront par s’étendre pour occuper un plus grand pourcentage de votre portefeuille. Par exemple, vous pouvez décider d’allouer votre portefeuille à 75% d’actions et 25% d’obligations. Les actions ont généralement un rendement plus élevé, ce qui signifie qu’à mesure qu’elles grandissent, elles constitueront un pourcentage de plus en plus important de votre portefeuille. Pour rééquilibrer, vous vendriez une partie de vos actions et réinvestiriez cet argent dans des obligations.

Qu’est-ce qu’une carte de crédit Maxed-Out?

Qu'est-ce qu'une carte de crédit Maxed-Out?

Si votre carte de crédit est accompagnée d’une limite de crédit (le montant maximum que vous pouvez dépenser sur votre carte), vous voudrez maintenir votre solde bien en dessous de cette limite de crédit. Par exemple, si vous aviez besoin d’argent pour couvrir une urgence et que vos cartes étaient épuisées, vous pourriez vous retrouver dans une situation financière difficile.

Quand une carte de crédit est-elle épuisée?

Une carte de crédit au maximum atteint, très près ou même au-dessus de sa limite de crédit.1 Par exemple, si votre limite de crédit est de 1 000 $ et le solde de votre carte de crédit de 1 000 $, par définition, votre carte de crédit est au maximum. Si vous ne payez pas votre solde avant que les frais financiers ne soient appliqués à votre compte, les intérêts supplémentaires pourraient pousser votre solde à atteindre la limite de crédit, ce qui entraînerait des frais de limite de crédit.

Important: lorsque votre carte de crédit est épuisée, l’émetteur de votre carte de crédit peut ne pas vous autoriser à effectuer des frais supplémentaires tant que vous n’aurez pas remboursé le solde et ouvert à nouveau votre crédit disponible.

Que faire à ce sujet?

Vous ne voulez pas laisser votre carte de crédit au maximum. Cela vous laisse sans pouvoir d’achat, affecte votre pointage de crédit et vous expose au risque de dépasser votre limite de crédit.

Il existe deux façons de corriger une carte de crédit dont le dépassement est maximal. Tout d’abord, vous pouvez demander à l’émetteur de votre carte de crédit une augmentation de la limite de crédit, ce qui vous donnerait plus d’espace sur votre carte de crédit. Vous pouvez demander une limite de crédit plus élevée en appelant l’émetteur de votre carte de crédit. Ou, certains émetteurs de cartes vous permettent de soumettre une demande d’augmentation de limite de crédit via votre compte en ligne.

Avertissement: Votre solde actuel et votre limite de crédit peuvent être considérés pour approuver votre demande d’augmentation de limite de crédit. Un solde maximal pourrait vous être refusé.

La meilleure façon de gérer une carte de crédit dont le maximum est épuisé est de rembourser le solde autant que vous le pouvez. Payer intégralement, si vous pouvez vous le permettre, est idéal. Même payer une partie importante de votre solde vous amènera bien en dessous de votre limite de crédit.

Comment éviter de maximiser votre carte de crédit

Maximiser votre carte de crédit est évitable. Surveiller régulièrement l’utilisation de votre carte de crédit vous tient au courant de votre solde et de votre limite de crédit. Vous pouvez consulter votre solde à tout moment en ligne, via l’application mobile ou en appelant le service client de votre carte de crédit.

Vérifiez souvent le solde de votre carte, connaissez chacune des limites de votre carte et faites un effort conscient pour maintenir vos achats en dessous de votre crédit total disponible pour éviter de maximiser votre carte de crédit. Une fois que votre solde commence à se rapprocher de la limite de crédit, cessez d’utiliser votre carte de crédit pour de nouveaux achats jusqu’à ce que vous ayez remboursé votre solde.

Cartes de crédit maximisées et votre pointage de crédit

Si votre carte de crédit est toujours au maximum au moment où l’émetteur de votre carte de crédit signale votre compte aux bureaux de crédit, généralement à la date de clôture de votre relevé de compte, le solde maximal peut affecter votre pointage de crédit.

Près d’un tiers de votre pointage de crédit est basé sur la part de votre crédit disponible utilisé, donc maximiser votre carte de crédit nuira à votre pointage de crédit. En règle générale, tout solde supérieur à 30% de votre crédit disponible est susceptible d’avoir un impact négatif sur votre pointage de crédit.

Remarque: Le ratio du solde de votre carte de crédit par rapport à la limite de crédit est appelé votre ratio d’utilisation du crédit. Plus le ratio est bas, meilleure est votre cote de crédit.

D’autre part, vous pouvez payer votre solde avant la clôture du relevé, et le solde maximal ne sera pas signalé aux bureaux de crédit, économisant ainsi votre pointage de crédit.

Maximiser votre carte de crédit ne signifie pas toujours que vous êtes un emprunteur irresponsable. Vous avez peut-être pris la décision intentionnelle de facturer un solde élevé sur votre carte de crédit. Par exemple, parce que vous voudrez peut-être maximiser les gains de vos récompenses de carte de crédit ou profiter d’un accord de transfert de solde. Bien que votre pointage de crédit puisse encore en souffrir, vous pouvez réparer les dommages en réduisant le solde de votre carte de crédit le plus rapidement possible.

Étapes à suivre lorsque vous avez atteint le maximum de vos cartes de crédit

Étapes à suivre lorsque vous avez atteint le maximum de vos cartes de crédit

Votre limite de crédit est le solde impayé le plus élevé que votre émetteur de carte de crédit vous permettra d’avoir, mais cela ne signifie pas que vous devriez profiter de l’intégralité de votre crédit disponible. Maximiser votre carte de crédit, c’est-à-dire facturer votre solde jusqu’à votre limite de crédit, pourrait vous coûter des points de crédit, car les scores de crédit tiennent compte du montant de crédit que vous utilisez.1 Atteindre votre limite de crédit sans rembourser votre Le solde mensuel de votre carte de crédit peut également être un signe que vous dépensez au-delà de vos moyens.

À quoi ressemble le fait d’être maximisé

Disons que vous avez une carte de crédit avec une limite de 4 000 $. Si votre solde est également de 4 000 $, vous avez atteint le maximum de votre carte de crédit et il ne vous reste plus d’espace à dépenser. Des frais ou même des intérêts mensuels pourraient pousser votre solde au-delà de 4 000 $.

Remarque: les émetteurs de cartes de crédit doivent obtenir votre autorisation avant de traiter des transactions qui vous pousseraient au-delà de votre limite de crédit. Sinon, si vous ne vous êtes pas inscrit, ces transactions seront refusées. De nombreux émetteurs de cartes de crédit n’incluent plus de frais de limite de crédit dans le prix de leur carte de crédit. 

Étapes pour rebondir après avoir été maximisé

Les soldes élevés des cartes de crédit peuvent être dus à vos propres habitudes de dépenses, c’est-à-dire acheter plus que ce que vous pouvez vous permettre ou faire du shopping. Ce n’est pas le cas pour tout le monde. En période de difficultés financières, par exemple en raison d’un divorce ou d’une perte d’emploi, vous devrez peut-être compter sur vos cartes de crédit uniquement pour couvrir vos dépenses normales. Dans les deux cas, il existe un moyen de rembourser le solde de votre carte de crédit et de vous débarrasser de vos dettes de carte de crédit.

Arrêtez de dépenser sur vos cartes

Avant de pouvoir payer le solde de votre carte de crédit, vous devrez arrêter de dépenser. Sinon, vous accumulerez continuellement plus de solde. Arrêtez tout abonnement pour cette carte de crédit et supprimez-la comme option de paiement pour tout achat en un clic.

Si vous êtes dans une crise financière, vous devrez peut-être compter plus longtemps sur vos cartes de crédit pendant que vous recherchez d’autres options. Dès que vous le pouvez, rangez vos cartes de crédit jusqu’à ce que vous ayez payé votre solde.

Évaluez votre budget

Effectuer le paiement minimum ne suffit pas si vous souhaitez vous débarrasser d’un solde de carte de crédit élevé. Un solde de 5 000 $ à un taux annuel de 20,21% prendra plus de 45 ans à rembourser avec des paiements minimums (en supposant que ceux-ci soient fixés à 2% du solde) selon un calculateur de paiement minimum par carte de crédit. Idéalement, vous devriez payer autant que vous le pouvez chaque mois pour faire des progrès significatifs en réduisant le solde de votre carte de crédit.

Le montant que vous pouvez vous permettre de payer sur votre carte de crédit au maximum dépend de vos revenus et dépenses mensuels. La consultation de votre budget vous aide à voir où vous pouvez réduire les dépenses et libérer des fonds à verser sur le solde de votre carte de crédit.

Si vous n’avez pas encore de budget, c’est le bon moment pour en créer un. Vous aurez une meilleure compréhension de vos dépenses et un plan de dépenses solide pour le mois.

Configurer un plan de paiement

Une fois que vous savez combien vous pouvez payer sur votre carte de crédit chaque mois, vous pouvez créer un plan de remboursement de votre solde. Décidez combien vous allez payer pour votre solde chaque mois.

Vous n’êtes pas obligé de prendre des dispositions de paiement avec l’émetteur de votre carte de crédit, mais rédiger votre plan de paiement vous permet de rester responsable et vous aide à voir ce que vous devez payer chaque mois. 

Conseil: utilisez une calculatrice de paiement par carte de crédit pour déterminer le temps qu’il vous faudra pour rembourser le solde de votre carte de crédit en fonction de votre paiement mensuel.

Réduisez votre solde encore plus rapidement en profitant des occasions d’effectuer des paiements supplémentaires. Si votre carte au maximum est une carte de récompenses, envisagez d’échanger les récompenses accumulées contre un crédit de relevé afin de réduire votre solde.

Allégez le fardeau de la dette

Si vous avez encore une assez bonne cote de crédit, vous pouvez avoir d’autres options pour gérer votre solde maximal. Le transfert de votre solde sur une autre carte de crédit – idéalement une avec un TAP promotionnel de 0% sur les transferts de solde – maximisera l’impact de vos paiements. Sans intérêt ajouté à votre solde chaque mois, votre paiement intégral sert à réduire le solde de votre carte de crédit.

Un prêt personnel est une autre option pour «rembourser» le solde de votre carte de crédit. Vous devrez toujours le même montant, mais la consolidation avec un prêt personnel vous donne un paiement mensuel fixe et un calendrier de paiement fixe. Un prêt idéal a un taux d’intérêt plus bas et une période de remboursement relativement courte.

Attention: une fois que vous avez consolidé le solde de votre carte de crédit, que ce soit par virement de solde ou par remboursement avec un prêt personnel, soyez prudent lorsque vous utilisez à nouveau votre carte de crédit. Vous pourriez être tenté d’exploiter votre crédit nouvellement disponible, mais gardez à l’esprit que maximiser à nouveau votre carte signifie doubler la dette à régler.

Demander de l’aide

Vous avez toujours des options même lorsque votre crédit n’est pas au mieux. Tout d’abord, vous pouvez essayer de négocier avec les émetteurs de votre carte de crédit. Demander un taux d’intérêt plus bas réduira vos frais financiers et permettra à une plus grande partie de votre paiement de servir à réduire le solde de votre carte de crédit. L’émetteur de votre carte de crédit peut également proposer des options de difficultés si vous ne parvenez pas à effectuer vos paiements minimaux réguliers par carte de crédit.

Travailler avec une agence de conseil en crédit est une autre option à rechercher lorsque vous ne parvenez pas à conclure une entente avec l’émetteur de votre carte de crédit, que vous avez plusieurs soldes de carte de crédit au maximum ou que vous avez besoin d’aide pour organiser vos finances. Une agence de conseil en crédit peut travailler avec vous et vos créanciers pour créer un plan de remboursement avec un paiement mensuel abordable et un calendrier de remboursement fixe.

Points clés à retenir

  • La première étape pour rembourser une carte de crédit au maximum consiste à cesser d’utiliser votre carte de crédit.
  • Utilisez votre budget pour déterminer ce que vous pouvez payer chaque mois et faites un plan.
  • Explorez d’autres options comme un transfert de solde, une consolidation avec un prêt personnel, la négociation d’un taux d’intérêt plus bas ou des conseils en crédit à la consommation.